Le Fonds d’Investissement Alternatif Réservé (FIAR)

Lancé en juillet 2016 par le Grand Duché du Luxembourg, le fonds d’investissement alternatif réservé est un nouveau type de structure reprenant les caractéristiques des fonds d’investissements luxembourgeois, sans pour autant être régulé par la Commission de Surveillance du Secteur Financier.

La régularisation du FIAR

Un des principaux avantages du FIAR réside dans le fait que ce fonds n’est pas régulé par la Commission de Surveillance du Secteur Financier, à la différence de la SICAR et du SIF. Cela lui apporte de nombreux avantages, notamment une importante flexibilité, un gain de temps conséquent pour sa constitution, mais celui-ci conserve néanmoins toutes les caractéristiques des Fonds d’Investissements Spécialisés.

Cette dérégulation, qui s’apprécie à toutes les étapes de la vie du FIAR (création, modification, …), peut engendrer la peur des investisseurs, ceux-ci pouvant craindre une perte de protection. Cependant, le FIAR doit être géré par un gestionnaire de fonds dûment enregistré dans le Grand-Duché du Luxembourg auprès de la Commission de Surveillance du Secteur Financier, ou dans un Etat-Membre de l’UE.

Le FIAR est donc indirectement soumis à une vérification par le régulateur national du pays dans lequel est enregistré le gestionnaire. Il a aussi l’obligation d’être enregistré auprès de la CSSF, et de respecter la directive sur les gestionnaires, qui exige notamment des informations sur les investisseurs.

Les investisseurs sont cependant protégés car seuls certains gestionnaires de fonds possèdent l’autorisation de créer et gérer un FIAR. Cela permet de garantir un haut niveau de protection et de transparence aux investisseurs, ce gestionnaire ayant l’obligation de respecter de nombreuses règles. Le FIAR devra par exemple fournir un document qui satisfait les obligations de transparence du gestionnaire, ainsi qu’un rapport annuel audité.

Caractéristiques du FIAR

Le régime du FIAR est semblable en plusieurs points à celui des SICAR et des SIF. En effet, cette structure s’adresse à des investisseurs informés, peut être utilisée pour toutes les stratégies d’investissement, et possède les caractéristiques des SIF et SICAR (flexibilité de distribution, droits de rachats pour les investisseurs, plusieurs classes d’actions, …).

La structure peut faire utilisation de multiples compartiments et classes d’actions, aucune limitation n’existant concernant les classes d’actions, ou les politiques d’investissement.

Le FIAR peut être formé sous forme de contrat ou de société : en tant que partnership, que société d’investissement, ou comme fonds contractuel. Il possède aussi la possibilité d’être transformé en SIF ou SICAR, ce qui est particulièrement intéressant pour les fonds existants qui auront la possibilité de migrer vers cette structure s’ils la considèrent comme plus avantageuse.

Enfin, il peut être utilisé à la fois par des investisseurs professionnels et institutionnels, et nécessite une souscription minimale de 1 250 000€.

Fiscalité du FIAR

La fiscalité qui s’applique aux FIAR est la suivante : il n’existe ni impôt sur le revenu, ni sur la richesse, mais une taxe d’abonnement annuelle de 0,01%, basée sur l’actif net total du FIAR. Il existe cependant des exceptions, cette taxe ne s’appliquant pas pour les fonds de microfinance, certains fonds de pension, les investisseurs institutionnels, ainsi que pour les actifs investis dans d’autres FIAR et SIF qui sont déjà soumis à cette taxe.

Aucune taxe ou retenue d’impôt n’est appliquée au Luxembourg sur les investisseurs en ce qui concerne les distributions de profits réalisés par le FIAR. Le lieu de résidence des investisseurs ne modifie pas ces règles, puisque les non-résidents luxembourgeois ne sont pas taxés au Luxembourg sur leurs gains provenant d’un FIAR.

De plus, les FIAR bénéficient de nombreux traités bilatéraux signés entre le Luxemboug et des Etats tiers, permettant aux investisseurs de profiter de droits relatifs à la taxation.

Finalement, la TVA n’est pas applicable sur les FIAR pour les services de gestion qui s’y appliquent (notamment gestion de portefeuille, services administratifs ou conseils spécialisés). Elle s’applique néanmoins pour les services techniques, ainsi que de supervision et de contrôle.

Le législateur luxembourgeois, en intégrant le FIAR sur le marché des fonds d’investissement, propose un véhicule d’investissement contrôlé de manière plus souple, qui permet une importante protection des investisseurs et une grande flexibilité d’investissement, tout en restant efficace fiscalement.

A trois années d’intervalle, le Grand-Duché du Luxembourg introduit en Europe des véhicules d’investissement percutants. En 2013, la Société en Commandite Spéciale, structure inspirée des Partnership anglo-saxons ouvrait déjà aux investisseurs les portes du placement contractuel et dérégulé.

En 2016, le FIAR, combinant la protection du droit européen et la souplesse accrue du SICAR, marque le début d’une ère nouvelle, et on peut se demander ce que nous réserve l’avenir.

By | 2017-06-28T15:46:43+00:00 August 17th, 2016|Investment|